Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe
  L'UE devrait réagir officiellement aux provocations de Donald Trump
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
18.01.2017

L'UE devrait réagir officiellement aux provocations de Donald Trump

Au cours du débat d'aujourd'hui au Parlement européen, les membres de l'ADLE ont exhorté les présidents des trois institutions européennes à réagir officiellement aux provocations de Donald Trump selon lesquelles l'UE s’effondrait.

Guy Verhofstadt a déclaré : "Pensez-vous que les États-Unis ne réagiraient pas si les dirigeants étrangers suggéraient que les États-Unis s’effondraient ? Il est grand temps d'envoyer une réaction officielle de l'UE et de convoquer l'ambassadeur américain pour expliquer les déclarations de Donald Trump."


Il a également signalé au Royaume-Uni qu'il serait illusoire de penser qu'il pourrait quitter l'UE, mais choisir les meilleures parties de la coopération européenne : "Concernant le Brexit, je me réjouis que Mme May ait apporté davantage de clarté. Le Royaume-Uni veut quitter le marché unique, l'union douanière, l’Union dans son ensemble. Cette clarté était fortement nécessaire. Mais mis à part la clarté, je vois également beaucoup de picorage. Il est complètement illusoire que vous puissiez uniquement choisir les parties les plus intéressantes de la coopération européenne après avoir dit au revoir à l'UE."

La vice-présidente de l'ADLE Marielle de Sarnez (Modem, France) a ajouté : "Au début de cette semaine, Donald Trump a formulé ces remarques surréalistes. Je regrette profondément qu'aucune réaction officielle n'ait été exprimée par les institutions européennes. "

Mme Izaskun Bilbao Barandica (Parti national basque), membre de l'ADLE, a centré son intervention sur les priorités du Conseil en matière d'emploi, de relance économique et en particulier sur le programme de garantie pour les jeunes : "Je soutiens pleinement ces programmes, mais il faut améliorer le contrôle des résultats du programme afin de corriger les erreurs dans le temps. L’Espagne, le pays dans la pire situation, n'a guère amélioré, bien qu'il ait reçu près de 30 % des fonds. Les autorités régionales et locales doivent jouer un rôle important dans la gestion de la garantie de la jeunesse car elles sont plus proches des employeurs et du système éducatif."

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Reijnen Jeroen

Tel : +32 2 283 25
Mob : +32 473 39 47 10
Mots-clés :
  • EU in the World,
  • Plenary Session,
  • Leader Speeches,
  • Guy VERHOFSTADT,
  • Izaskun BILBAO BARANDICA,
  • Marielle de SARNEZ