Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe
Viktor Orbán veut l'argent européen, mais pas nos valeurs
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
26.04.2017

Viktor Orbán veut l'argent européen, mais pas nos valeurs

Lors du débat en plénière aujourd'hui au Parlement européen en présence de Viktor Orbán, Guy Verhofstadt, président de l’alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe, a demandé au député hongrois comment il voulait entrer dans l’Histoire :

"Il est temps que vous choisissiez. Comment voulez-vous entrer dans l’Histoire ? Comme l'homme qui a aidé la Hongrie à se remettre du communisme ou comme celui qui a renvoyé son pays dans le passé".

"Ce que je vois, c'est une version moderne de la Hongrie communiste. Votre protectionnisme économique, votre nationalisme excessif, votre état anti-libéral. Votre paranoïa aussi. Vous voyez des ennemis partout en Hongrie. Dans les médias, dans le secteur de l'énergie, dans les ONG, dans le monde académique. Paranoïa. C'est tout comme si Joseph Staline était de retour.

"Vous vous êtes engagé à respecter les valeurs de l'Union. Vous avez violé chacune d'entre elles. Et pourtant, vous voulez que la Hongrie reste membre de l'Union européenne. Vous voulez garder les fonds de l'UE, mais vous ne voulez pas nos valeurs. "

Sophie in 't Veld, première vice-présidente de l’ADLE a commenté la décision de la Commission d'ouvrir une procédure d'infraction contre la Hongrie : "Nous nous félicitons des mesures prises par la Commission, mais cela fait trop longtemps que nous les attendons et elles sont insuffisantes. Depuis sept ans, M. Orbán a systématiquement sapé le droit démocratique et les droits fondamentaux en Hongrie. Il suit inexorablement le style de M. Poutine ou de M. Erdogan, cherchant à faire taire les voix dissidentes et à supprimer la pensée critique, en étouffant les médias, en mettant les écoles et le milieu universitaire sous son contrôle, en harcelant les ONG et en affaiblissant l'indépendance de la magistrature".

"La Commission ne peut pas se contenter d’adopter une vision étroite et légaliste et de s'attaquer à chaque problème de manière isolée. La démocratie dans son ensemble est en jeu. C'est pourquoi le lancement de l'article 7 est absolument justifié."

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Reijnen Jeroen

Tel : +32 2 283 25
Mob : +32 473 39 47 10
Mots-clés :
  • Hongrie,
  • Leader Speeches,
  • Guy VERHOFSTADT,
  • Sophia in 't VELD