Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe
Les réponses apportées par M. Zuckerberg étaient insuffisantes et les utilisateurs de Facebook dont les données ont été utilisées à mauvais escient doivent être indemnisés, déclare l’ADLE
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
22.05.2018

Les réponses apportées par M. Zuckerberg étaient insuffisantes et les utilisateurs de Facebook dont les données ont été utilisées à mauvais escient doivent être indemnisés, déclare l’ADLE


A l’issue de l'audition ce soir de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, lors de la Conférence des présidents du Parlement européen, l’ADLE estime que les réponses de Mark Zuckerberg étaient insuffisantes. Facebook doit répondre à une longue liste de questions quant à son comportement et ses pratiques passées et actuelles. Les utilisateurs dont les données ont été violées et utilisées à mauvais escient doivent être individuellement informés et indemnisé.  

Guy Verhofstadt, président de l’alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe au Parlement européen a déclaré à l’issue de l'audition :

"Les réponses données par M. Zuckerberg aujourd'hui, et en fait le format restreint de l'audition d'aujourd'hui, étaient totalement inadéquats."

"M. Zuckerberg s'est excusé des dizaines de fois, mais les gens en ont assez, comme le souligne la pétition initiée par Avaaz, que je remets aujourd'hui à M. Zuckerberg.

"Je n'ai aucun doute sur le fait que M. Zuckerberg soit un génie, mais il risque de léguer une société semblable au monstre de Frankenstein, qui a échappé à son contrôle."

"Facebook prétend rapprocher le monde, mais dans la pratique ses politiques laxistes ont permis à ceux qui voulaient diviser nos communautés de le faire."

"Il est clair que l'autorégulation a échoué et si Facebook n'est pas disposé à appliquer nos lois, d'autres réglementations seront nécessaires afin de garantir que Facebook ne puisse plus être manipulé par l’extrême droite et les acteurs d'État étrangers qui sapent nos processus démocratiques. Facebook doit prendre des mesures concrètes afin d’interdire tous les robots et garantir que ces robots ne puissent pas utiliser la plate-forme FB à mauvais escient, ou faire face à la législation pour y parvenir. "

"Il est temps de mettre fin à ce monopole pour protéger la vie privée de nos citoyens, comme nous l'avons fait par le passé avec Standard Oil et le système Bell."

"Les questions fondamentales concernant l'abus des données des citoyens de l'UE restent sans réponse et une indemnisation pour les personnes dont les données ont été utilisées à mauvais escient, doit être envisagée. Un profile Facebook peut valoir jusqu'à cent cinquante dollars, donc une compensation pour ceux dont les données ont été utilisées à mauvais escient devrait peut-être être proportionnelle ? "

"La responsabilité incombe également aux législateurs européens et aux Etats membres qui doivent mettre en œuvre les normes européennes en vigueur en matière de protection des données. Il est clair que l'Union européenne ne parvient pas à mettre en œuvre sa propre législation sur la protection des données et j'appelle la Commission européenne et les autorités de régulation à intervenir pour que le Règlement général sur la protection des données (RGPD) et d'autres législations soient mises en oeuvre de manière efficace."

"Le format de l’audition d'aujourd'hui était tellement inapproprié que M. Zuckerberg a pu s'en aller sans répondre à aucune de nos questions fondamentales. Je crois pour le moins que les réponses écrites de Facebook seront disponibles. Si ces questions écrites ne reçoivent pas de réponse détaillée, les autorités de la concurrence de l'UE devront être activées et la législation devra être affinée. "

Sophie In 't Veld, première vice-présidente de l’ADLE, a poursuivi :

"L'exercice de responsabilisation très modeste d'aujourd'hui n'est pas la solution, et Facebook n'est pas le seul problème, le véritable scandale est que des millions d'entreprises se livrent à des activités similaires à Facebook, mais elles n’ont pas été ou peu examinées.

"Nous devons porter un regard critique sur nous-mêmes." Le RPGD entrera en vigueur vendredi, mais les gens semblent ignorer que nous disposons d’une législation stricte en matière de protection des données depuis 1995. La conformité et la mise en application des lois existantes sur la protection des données sont très défaillantes."

"Les cas de Facebook et Cambridge Analytica étaient connus depuis des années. Pourquoi les autorités de protection des données en Europe n'ont-elles pas agi plus tôt? Les partis de droite pleurent maintenant des larmes de crocodile à propos de Facebook qui abuse les données personnelles, et réclament haut et fort qu'il comparaisse devant le Parlement. Mais ces mêmes groupes ont systématiquement voté contre une solide protection de la vie privée."

"La semaine prochaine, le Parlement européen adoptera une résolution sur le bouclier de protection des données, le système controversé utilisé par Facebook et Cambridge Analytica afin de transférer des données personnelles aux Etats-Unis, mais le PPE et l’ECR défendent le bouclier de protection des données, arguant que cela est nécessaire pour les affaires. Ils ont également pour objectif d’affaiblir considérablement le règlement sur la protection de la vie privée en ligne."

"Nous devrions utiliser les règles de la concurrence de façon beaucoup plus efficace. Il y a déjà dix ans, nous avions soulevé des inquiétudes sur la fusion Google-DoubleClick, mais la Commission européenne, ainsi que la commission américaine du commerce (FTC), l’ont traitée comme une fusion classique de deux entreprises dans différents secteurs. Cette approche ne fonctionne plus à l'ère numérique. Les règles de la concurrence peuvent également servir à protéger la vie privée ou à se défendre contre la manipulation des élections."

"J'aimerais que M. Zuckerberg explique en détail comment utiliser le bouclier de protection des données pour transférer des données aux États-Unis. Et pourquoi il a choisi d’exporter les données des utilisateurs FB vers une autre juridiction, en dehors de l'UE, en modifiant les termes du contrat ? Cela contraste de façon assez frappante avec son vœu d'appliquer les normes européennes RPGD même en dehors de l'UE, une telle opération pouvant même être illégale."

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Petre Nicholas

Tel : +32 2 284 35 80
Mob : +32 476 69 97 08
Mots-clés :
  • Civil Liberties, Justice and Home Affairs,
  • Press Release,
  • Week News,
  • Guy VERHOFSTADT,
  • Sophia in 't VELD