Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe
"Traduire le Conseil en justice si son immobilisme persiste face à un nouveau système européen de migration et de droit d'asile", déclare Guy Verhofstadt
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
12.06.2018

"Traduire le Conseil en justice si son immobilisme persiste face à un nouveau système européen de migration et de droit d'asile", déclare Guy Verhofstadt


"Si les dirigeants européens n'acceptent pas de réformer notre système européen commun en matière de migration et de droit d’asile lors de la prochaine réunion du Conseil, nous devons traduire le Conseil devant la Cour en vertu de l'article 265 du traité pour ‘inaction’ ", a déclaré aujourd'hui Guy Verhofstadt, président de l’alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe .

Depuis 2014, plus de 10 000 hommes, femmes et enfants se sont noyés dans la mer Méditerranée.

Guy Verhofstadt a vivement critiqué le Conseil pour n'avoir pas pris les mesures nécessaires afin de mettre un terme à la crise migratoire :

"Je ne pointe du doigt aucun pays en particulier, ni l'Italie, ni Malte, et certainement pas l'Espagne. Il est trop facile d’accuser M. Muscat ou M. Salvini, même si je méprise vraiment ses idées. Il est trop facile de donner des leçons morales du Nord au Sud, alors que les pays du Nord se retranchent derrière un système anti-européen et défaillant en matière de droit d'asile."

"Je pointe tout le monde du doigt, tous les États membres, le soi-disant conseil européen. Ils sont responsables de la tragédie en Méditerranée, il s’agit de leur responsabilité collective. Si deux ans après que la Commission ait proposé de réformer ‘Dublin’, ils n'ont toujours pas de position, c’est leur faute. Les États membres refusent encore de donner à l'Europe l’entière responsabilité de protéger nos frontières extérieures. Pire, nous avons externalisé cette tâche à M. Erdogan et maintenant même aux groupes criminels qui terrorisent la Libye. "

M. Verhofstadt a exhorté le Conseil à prendre deux mesures nécessaires : convenir d'une position commune sur une réforme du règlement de Dublin et créer des centres d'accueil européens dans les pays de transit africains :

"La seule façon d'éviter une autre catastrophe comme celle à laquelle nous assistons aujourd'hui, c’est la mise en place de centres d'accueil dans les pays de transit en Afrique. Les réfugiés devraient avoir la possibilité de demander l'asile et la protection sur place. De cette façon, ils ne sont pas poussés entre les mains des trafiquants d'êtres humains ou des groupes criminels libyens qui violent les femmes et volent leur argent."

Cecilia Wikström, rapporteur du Parlement européen sur la révision de la règlementation de Dublin, a ajouté: "Lors du groupe de contact de haut niveau sur Dublin, j'ai souligné la nécessité pour les Etats membres de  soutenir ensemble un mandat de négociation conjoint au sommet de juin."

"Ces derniers jours, le conflit entre l'Italie et Malte illustre le besoin de solutions européennes dans le domaine de la migration et le chaos qui nous attend si nous échouons. Nous ne pouvons plus accepter de laisser les problèmes de côté; les dirigeants doivent maintenant faire preuve de leadership."

"Je me félicite du soutien uni de tous les collègues parlementaires pour mon travail sur le système de Dublin. Je me félicite également de la discussion franche et constructive que nous avons échangée avec la Commission et la présidence bulgare."

Mots-clés :
  • Immigration policy,
  • LIBE:: Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures,
  • Press Release,
  • Leader Press releases and news,
  • Guy VERHOFSTADT