Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe
César - candidat de l’ADLE au prix Sakharov 2018
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
12.09.2018

César - candidat de l’ADLE au prix Sakharov 2018

L’alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe au Parlement européen a décidé de nommer César pour le prix Sakharov pour la liberté de pensée. Un ancien photographe militaire syrien, qui a fui la Syrie et vit maintenant sous un nom de code. Il a risqué sa propre vie afin de porter à l'attention du monde entier des photos des crimes atroces perpétrés dans les prisons militaires syriennes.

Guy Verhofstadt, président de l’ADLE, a déclaré que la nomination de César était très importante, car ce genre de documentation dans la lutte contre l’impunité est essentielle :

«Je me félicite que l’ADLE propose cette année la candidature de César pour le prix Sakharov. Après sept longues années, la guerre syrienne sévit encore - et Bachar el-Assad continue à massacrer son propre peuple. Le travail de César représente une contribution essentielle à la tâche consistant à demander des comptes au gouvernement syrien responsable de milliers de crimes odieux, et son dévouement à révéler la vérité nous oblige à lutter contre l'impunité, en Syrie et au niveau international.

Lorsqu'elle travaille sur un règlement pour la Syrie et soutient la future reconstruction du pays, l'UE doit respecter ses obligations et insister pour qu'une affaire soit déposée Tribunal pénal international et que Bachar el-Assad et ses hommes de main soient tenus de rendre des comptes ».  


Marietje Schaake (D66, Pays-Bas), qui a plaidé pour que César soit le candidat de l’ADLE au prix Sakharov cette année, a ajouté :

César a fait preuve d’un courage remarquable face aux brutalités systématiques auxquelles sont confrontés tant de Syriens dans les prisons militaires. La documentation des victimes fournit des preuves des parties les plus sombres de la répression du gouvernement syrien. Lorsque l'histoire de la Syrie sera écrite, César figurera sans aucun doute dans certaines pages sur la responsabilisation et la justice. Il a fourni les preuves, maintenant la communauté internationale, l'Europe avant tout, doivent faire pression pour la justice et la responsabilisation.”


Note aux rédactions:

César a fait passer clandestinement plus de 55 000 photographies documentant les crimes les plus graves en Syrie.
Après le début de la guerre en 2011, la tâche de César était de prendre des photos des corps des soldats syriens et des opposants politiques tués en détention. En 2013, César a fui la Syrie dans l'intention de rendre publics les crimes commis. Risquant sa propre vie et la sécurité de sa famille, il a secrètement copié des photographies prises dans les prisons syriennes sur des clés USB et les a fait sortir clandestinement du pays.
Un an plus tard, les photographies de Caesar ont été publiées sur Internet. Plus de la moitié des images montrent des personnes décédées dans des prisons syriennes à la suite de tortures, d’exécutions, de maladies, de malnutrition ou d'autres abus. Human Rights Watch a confirmé l'authenticité des images dans un rapport de 86 pages intitulé "Si les morts pouvaient parler. Meurtres de masse et torture dans les centres de détention en Syrie", publié en décembre 2015.

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Goleanu Lucian

Tel : +32 2 283 40 20
Mob : +32 474 09 14 39
Mots-clés :
  • AFET :: Affaires étrangères ,
  • Press Release,
  • Prix Sakharov,
  • Week News,
  • Leader Press releases and news