Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe
Cambodge: L’ADLE appelle l'UE à adopter des sanctions ciblées contre les responsables de violations des droits de l’homme
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
13.09.2018

Cambodge: L’ADLE appelle l'UE à adopter des sanctions ciblées contre les responsables de violations des droits de l’homme


Les députés ont exprimé aujourd'hui leur inquiétude quant à l'état de santé de Kem Sokha, le président du Parti du salut national du Cambodge (PSNC), placé en résidence surveillée après avoir été libéré sous caution.
Le PSNC a fait l'objet d'attaques de la part des autorités cambodgiennes et a été dissous par la Cour afin de garantir la victoire du parti au pouvoir à l'Assemblée nationale et aux élections du Sénat.
 
Dans la résolution adoptée par le Parlement européen, les députés demandent aux autorités cambodgiennes d'abandonner toutes les charges contre M. Sokha et la réintégration de son parti politique. Le Parlement européen demande qu’il reçoive un traitement médical approprié et puisse rencontrer des diplomates étrangers, des fonctionnaires de l'ONU et des observateurs  des droits de l’homme.
 
Avant le vote d'aujourd'hui, l’ADLE a organisé un échange de vues avec Sam Rainsy, ancien président du parti d'opposition libéral au Cambodge, qui vit en exil après avoir été accusé de trahison par les autorités cambodgiennes et qui a fermement condamné les actions du gouvernement contre la société civile et les adversaires politiques.
 
Petras Auštrevičius (Mouvement libéral de Lituanie), a déclaré que l'UE devait imposer des sanctions contre les personnes responsables de la dissolution de l'opposition et d'autres violations graves des droits de l'homme au Cambodge :
 
"Nous devons mettre fin à l'impunité et aux violations des droits fondamentaux au Cambodge. Pour y parvenir, l'UE doit enfin passer des déclarations aux actes. Le Cambodge ne peut plus bénéficier des préférences commerciales du SPG Plus."
 
 
Ramon Tremosa (PDeCAT, Espagne), a ajouté :
 
"Le gouvernement de Hun Sen est illégitime et je voudrais que l'UE et Mme Mogherini reconnaissent et admettent ce fait. L'UE donne beaucoup d'argent au Cambodge et nous ne pouvons pas continuer sans rien faire.
Le Cambodge bénéficie du régime le plus favorable disponible dans le cadre du Système de préférences généralisées (SPG) de l’UE, à savoir le système ‘Tout sauf les armes’ (TSA).
En vertu de l'article 19 du règlement SPG, en cas de violation grave des droits de l'homme et des droits des travailleurs au Cambodge aujourd'hui, nous devrions suspendre temporairement les tarifs préférentiels et j'appelle l'UE à appliquer ses propres obligations légales.
Si l'UE veut rester un minimum crédible, elle doit respecter son propre droit et imposer des sanctions en matière de visas et de commerce et elle doit établir des délais clairs."

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Goleanu Lucian

Tel : +32 2 283 40 20
Mob : +32 474 09 14 39

 

Mots-clés :
  • AFET :: Affaires étrangères ,
  • Press Release,
  • Week News,
  • Petras AUŠTREVIČIUS ,
  • Ramon TREMOSA i BALCELLS