Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe
La commission spéciale sur le terrorisme adopte un rapport pour rendre l'Europe plus sûre
Choisissez votre langue :
  • Français
  • English
14.11.2018

La commission spéciale sur le terrorisme adopte un rapport pour rendre l'Europe plus sûre

Mardi, les membres de la commission spéciale sur le terrorisme (TERR) ont approuvé leur rapport de conclusions et recommandations visant à réduire la menace terroriste en Europe. Le rapport a été adopté à une large majorité et il sera présenté à la plénière du Parlement européen en décembre. La commission TERR a débuté ses travaux en septembre 2017 et, au cours de l'année écoulée, elle a organisé de nombreuses auditions afin de consulter des acteurs nationaux et internationaux œuvrant dans la lutte antiterroriste ainsi que des spécialistes de la prévention de la radicalisation et du soutien aux victimes du terrorisme.


Nathalie Griesbeck, députée européenne et Présidente de la commission spéciale, s'est félicitée de l'adoption du rapport ''La réponse à la menace terroriste est européenne ! L'immense travail réalisé ces derniers mois par la commission spéciale de la lutte contre le terrorisme l'a démontré. Je me réjouis de l'adoption de ce rapport, qui est le fruit de multiples rencontres et échanges. Hier soir, nous avons voté en faveur de recommandations concrètes et équilibrées qui prônent plus de coopération, un meilleur échange d'informations, une intensification de la lutte contre la radicalisation mais également plus de droits pour les victimes.''

Maite Pagazaurtundúa Ruiz, députée européenne et rapporteur fictive du rapport a déclaré :

"L’annonce d’une future directive spécifique pour les victimes du terrorisme est très importante. Au-delà du contenu ambitieux, le centre de coordination pour les victimes du terrorisme constituera un progrès extraordinaire aux service des victimes dans l’ensemble de l’Europe. De la même façon, la création de protocoles de soins appropriés et sûrs lors d'attaques tant à l’intérieur que hors de l'Union européenne est cruciale pour les victimes".

"Il est essentiel que les institutions veillent à ce que les humiliations et les atteintes à l'honneur de la victime ne se reproduisent pas, comme les hommages rendus aux terroristes des Pays basques que nous avons pu constater lors de leur libération de prison. Parfois les victimes souffrent de représailles de la part des secteurs sociaux liés aux agresseurs. Il faut éviter la double victimisation par le discours, car le discours de la haine, nid du terrorisme, n'est pas protégé par la liberté d'expression, conformément à l'article 10.2 de la Convention européenne des droits de l'homme", a-t-elle déclaré.

Gerard Deprez, coordinateur de l’ADLE au sein de la commission TERR, a ajouté :

"Près de la moitié des Européens considèrent la lutte contre le terrorisme comme leur préoccupation principale : l’adoption du rapport de la commission spéciale terrorisme prouve que le Parlement européen répond à leurs attentes !

Nous appelons ainsi les États membres à une coopération accrue en matière policière et judiciaire, mais aussi entre leurs services de renseignements.

Afin de lutter au mieux contre le terrorisme, l’Union européenne doit se doter d’une politique ambitieuse et d’outils performants, et ce toujours dans le respect total des valeurs européennes et des droits fondamentaux."

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Sándor Blasko

Tel : +32 2 283 00 89
Mob : +32 483 04 97 89
Mots-clés :
  • Press Release,
  • Terrorism,
  • Week News,
  • Gérard DEPREZ ,
  • Maite PAGAZAURTUNDÚA RUIZ,
  • Nathalie GRIESBECK